« Alors le 2ème c’est pour quand? »

Fevrier 2012 009

Je m’étais dit que mon prochain texte serait joyeux. Je m’étais dit que j’avais assez ronchonné, que ayé la loi était en train de passer, qu’il restait beaucoup à faire et que la bataille avait laissé des traces mais allez, haut les coeurs camarades, qu’il fallait être heureux-zes et préparer nos mariages français.

Et pis on m’a demandé ça :
« Alors le 2ème, c’est pour quand? ».

Et c’est pas la 1ère fois qu’on me demande ça. C’est sympa pourtant non? C’est pas comme les insultes qu’on a recues ces dernières semaines ou les comparaisons hyper fun où nous les mamans sommes des acheteuses compulsives d’enfant sur internet et nos lardons des playmobils terroristes en puisssance. Non là c’est plutôt sympa, une petite question pour prendre des nouvelles, sur mon avenir, mes projets, mon 2ème enfant donc.

Sauf que j’ai déjà 2 enfants.

J’ai 2 fils que j’aime plus que tout au monde, indiférrement l’un et l’autre. J’ai accouché une seule fois certes mais j’ai pris presque autant de poids pour la 2ème grossesse, celle de ma chérie pourtant, les mystères de la nature font que j’ai eu des nausées, de la fatigue, des kilos en trop, et même pas en le faisant exprès !
J’ai eu des moments privilégiés, seule avec mon 2ème fils, même in utero, et si! Quand ma chérie dormait et qu’on se faisait des cache-cache nocturnes lui et moi à travers la paroi de son ventre à elle.

C’est moi qui ai su avant elle qu’il arrivait, et pourtant elle a fait pipi toute seule sur le batonnet hein, mais y avait rien alors elle est partie travailler sans me réveiller, pour pas m’annoncer une mauvaise nouvelle encore. Sauf que moi on me l’a fait pas et que je l’avais entendu se lever et déchirer l’emballage alors je savais quand même.. et je savais ce que ça voulait dire qu’elle ne m’aie rien dit. Mais j’ai trouvé le batonnet un peu + tard dans la matinée, après avoir pleurouiller et ralouiller un peu dans mon coin que fuck c’était dur quand même.
Et je l’ai vu moi, cette petite ligne pâle.
C’était lui mon 2ème enfant.

J’ai eu le coeur qui sautait quand je l’ai vu bouger comme un haricot sur l’écran de l’échographie, j’ai pleuré quand j’ai entendu son coeur alors que dieu sait que ce son m’est familier, j’ai compté les minutes entre les contractions consciensieusement comme les sages-femmes avaient dit, j’ai respiré doucement lentement avec le ventre et j’ai vécu cette douleur autrement, celle de l’attente sur un tabouret forcément inconfortable, celle de voir la personne qu’on aime grimacer en se sentant un peu useless..

La difficulté de la naissance dépasse les limites de la table d’accouchement, on devient parent de la même façon, peu importe où on se trouve, allongée sur la table, assis sur le tabouret ou debout dans le couloir.  On prend tous la même claque dans la gueule, le même buffet sur la poitrine quand on les voit ouvrir leur yeux, tout nu et tout glissant. J’ai senti BradPitou être posé sur mon ventre mais j’ai vu Goslinou être porté devant moi. Je me rapellerai toute ma vie de quand ils ont ouvert les yeux tous les 2 et de leur peau sur la mienne.
J’ai déjà 2 enfants.

Alors oui je sais, les gens « ne voulaient pas dire ça« , ils sont désolés quand je les reprends mais merde quoi..
Et puis y en a qui ne sont même pas désolés d’ailleurs parce qu’une collègue que « ça ne dérange pas du tout hein »  s’ouvre doucement d’esprit certes mais considère toujours je pense que j’ai un enfant et que ma chérie en a un autre. Mais qu’est ce que j’en ai à faire que ça la dérange ou pas, moi y a plein de choses qui me dérangent dans sa vie mais la vie n’est pas faite en fonction de moi, c’est pas moi qui décide alors si ça vous dérange vous n’avez « qu’a vous en aller » comme dirait la chanson.

Et dans les situations qui arrivent trop souvent, de séparation, parce qu’on revendique le statut de « comme les autres » jusqu’au bout hein, on se sépare aussi ! Combien de fois on entend « oui mais en fait elle n’a qu’un enfant, l’autre ce n’est pas vraiment le sien« . Alors oui certes aux yeux de la loi c’est le cas, c’est une immense injustice et une violence sans nom pour ces familles qu’on méprise.. mais bien sûr que si c’est le sien.

Je sais que c’est dur à expliquer mais la notion de famille est importante, on fait les enfants à 2 quoiqu’on en dise, on s’aime pareil, on fait le projet de fonder une famille pareil, on fait l’amour presque pareil parce que dans des avions, des salles d’attente d’hôpital belge ou des chambres d’hotel espagnol…
Et c’est de cet amour là, au sens large, que naissent nos enfants.

Alors oui on ne nie pas les lois de la nature, de la biologie, on ne ment pas à nos enfants, on leur explique mais comme l’a dit Martine Gross ici la filiation glisse et devrait se lier à l’engagement parental plus qu’à la génétique.

Non mais ça m’hérisse le coeur d’entendre ça, je m’imagine avec mon Goslinou plus grand et qu’on me dise alors « ton 2ème enfant c’est pour quand? »
Et lui là c’est quoi?
Une plante verte?
Le petit cousin de la voisine que je garde pour l’hiver?
Un petit zinzin de l’espace qui fait de la pub pour Vivel Dop naturel les cheveux droits sur la tête?

J’ai déjà 2 enfants.
Le deuxième fêtera ses 1 an demain.
Pour le 3ème, on en reparlera.

Publicités