Pour que tu m’ainifestes encore…

artgallery

Coucou « les copains qui manifestez tous »,

ça faisait longtemps… c’était bien hein remarquez, moi je trouvais…
Vous devez vous dire que ça fait longtemps aussi qu’il n’y a pas eu de billet sur ce blog, et vous devez vous demander pourquoi.

Je vous connais, vous devez encore vous inquiéter qu’on manigance avec nos copains du grand lobby gay une attaque nucléairo-gpaesque avec des Rafale Gender XXY ou que sais je..
Je l’avoue, j’ai du mal à trouver des blagues sur le sujet parce que voyez-vous, je trouve que le sujet est un peu éclusé.

J’ai été surprise de lire que vous aviez décidé de retourner vous cailler les miches, pardon, manifester dans les rues parisiennes une nouvelle fois.

Vous n’êtes pas contents parce que la loi Taubira est passée, et bon ça je peux le comprendre, c’est un peu comme moi, quand je perds aux petits chevaux avec mes enfants, je reste fâchée assez longtemps.

Bon, petit apparté, ce jeu est vraiment horripilant, tu peux te faire rembarrer à l’écurie alors que tu as enfinnn ! fini ton tour par le cheval de ton fils qui prend un malin plaisir à te dégommer – pensez vous qu’il faut que j’y vois un dérèglement de son identité sexuelle? – et que tu vas rester coincée pendant des plombes à attendre un 6, mais bref, je m’égare, oui désolée, j’ai du mal à rester concentrée sur un sujet qui date un peu nan? Vous trouvez pas?

Bon, ceci dit, on peut rester fâché longtemps et c’est dommage – ceci est un autre petit message à tous les gens fâchés et qui ne devraient pas l’être et qui se reconnaîtront. Ce qui est dommage aussi c’est de ne pas se rendre compte qu’on s’est trompé. Comme l’a dit une amie par ici, tout le monde peut se tromper, vous, moi, Jospin, Paco Rabanne, mais quand on s’est trompé, après, la moindre des choses, c’est de faire profil bas.

Voyez-vous moi par exemple, quand je dis à mon épouse qu’elle a égaré le fichu papier d’inscription pour le DOP de numéro bis – parce que chez nous ce ne sont pas des TAP mais des DOP, nan mais je vous jure l’éducation nationale hein, c’est plus ce que c’était, du temps du certificat d’étude je peux vous dire que ça filait plus droit hein ! – que je lui fais une scène digne d’un Fellini et qu’en fait, je retrouve le papier perdu au fond de mon sac à main… bah je la ramène pas. J’essaie de me faire encore plus petite que mon mètre soixante huit (si je ne triche pas).

Mais bon, ceci dit, chacun ses principes éducatifs, passons sur la bienveillance, le repentir et le droit à chacun de disposer de son corps puisque j’ai ouïe dire un soir alors que je donnais le bain à mes deux petites filles que ce droit là aussi, il vous cassait un peu les pieds, revenons en aux faits, pardon, j’y arrive pas…

Vous savez pourquoi il n’y a pas ou très peu de billets sur ce blog depuis quelques mois ?

Parce que Lego, sa femme et leur fille ont fait le tour du monde dans un sens, puis dans l’autre, pour découvrir comment on y vivait là bas, tout à droite et puis tout à gauche, parce qu’elles sont routardes dans l’âme et qu’après des dizaines de voyages, elles pensent, toujours, que découvrir les différences de l’autre est enrichissant.

Parce que Subway et sa femme regardent leur fils devenir un petit mec bien dans ses converse en lui apprenant le respect, la nature, l’amour, et puis aussi à compter, à nager, à lire, à faire des raviolis vapeurs, des trucs somme toute très classique quoi.. pas de pseudo théorie noire et obscure à part peut-être lui faire chercher des tupperware avec un gps mais bon, ça se discute.

Parce que Circé coordonne toujours une belle famille recomposée, vous savez, recomposée ? Quand tu peux continuer à penser au bien-être de ta famille même quand parfois deux adultes ne s’aiment plus mais ont découvert que non seulement, l’amour existe encore ailleurs, mais que tu peux aussi éduquer, aimer, des enfants d’une autre personne que toi avec beaucoup d’amour et construire une famille qui déchire.

Parce que Caro Ingalls est difficile à capter… entre sa famille, ses patates – long story – ses filles pour qui elle se plie en six, se spécialise en allergologie, psychologie, cuisinologie, et son boulot, alors là je sais pas si ça vous parle à vous, un truc où faut aider les gens, aider, vraiment j’entends hein, régler des problèmes, des vrais, et pas une mauvaise interprétation de 3 lignes dans un manuel de SVT qui menacerait l’espèce humaine, rien que ça.

Parce qu’Austin Mini pouponne… et ouais ! Un petit caribou venu remplir encore et encore les chambres de notre belle colloc, un douzième petit d’homme, potentiel terroriste selon vos dires – si, si, vous dites ça – mais je pense que vous avez dû pas bien le regarder, à part des bombes d’amour en cargaison massive, je pense que là aussi vous faites erreur…

Parce que j’élève mes enfants… combien ? quatre, oui, avant 32 ans, la vache ! Oui hein… mon coté catho tradi, vous voyez on est proche vous et moi,
Que j’essaie de leur donner de l’amour, des cookies, des habits propres, une bonne culture musicale – Céline 4ever – des petits plats où je mets mon coeur dedans et où ils me disent « aaah berk », des principes, des valeurs, ouais en fait comme un vrai parent quoi ?
Bah ouais.
Pas plus. Pas moins.
Deux garçons, et deux filles, à qui j’apprends à devenir respectivement – c’est important pour vous je le sens – des garçons et des filles bien…
Mais je peux vous le dire, être quelqu’un de bien en général, ça n’a pas besoin d’être genré…
Qu’accessoirement à côté de ça, j’essaie de donner de l’amour à ma femme, d’avoir un métier que j’aime et d’aider mes proches.

J’ai hésité à vous écrire, encore… ça a un côté redondant nan ?
Et puis mes filles ont fait la sieste, mes grands jouaient tranquillement, ma femme était sortie faire des courses et je me suis dit qu’il fallait vous demander un dernier truc…

On écrit plus parce qu’on vit.
Qu’on aime.
Nos enfants, nos familles…

Et que la terre tourne – toujours – et que la vie est belle.

Au lieu de manifester, encore, dans le froid de l’automne, ne voudriez-vous pas, s’il vous plait, faire de même ?
Amen

PS / On va finir par se lasser, ah non, pardon, on me dit dans l’oreillette qu’on était déjà lassé, soulé, dégouté, dès le premier jour, mais bref, last but not least, le rose et le bleu, c’est pas du tout tendance cet automne…

Illustration by:Jason Mc Groarty

Publicités