Et je me suis envolée

mothertobeJe suis assise dans le couloir d’attente de l’hôpital d’Edmundston, au rayon « cardiaque ». J’attends la docteur qui me suis depuis que, conséquence de la 3eme hyperstimulation ovarienne, mon corps a décidé de faire de l’hypertension. J’attends mon tour.

Petit hôpital sommaire de région au Canada, je suis toute seule et je détaille la déco artisanale et au gout approximatif de la salle d’attente avec tout ce qu’on a pu trouver qui se réfère au cœur – lampe IKEA cœur de couleur rouge, nounours, posters.

Une dame sort de la salle du docteur et me sourit, manteau a la main. Elle s’arrête.

– C’est un joli ventre ça! Vous en êtes a combien?

– 7 mois et demi, merci!

De nouveau grand sourire, et elle reprends son chemin.

Je refixe le mur et m’envole, en dedans.

J’ai l’impression d’avoir gravi des montagnes pour en arriver à ce petit échange anodin. Échange qui pour moi veut pourtant tout dire.

« vous en êtes a combien? »

J’avais commencé à ne plus oser y croire, lorsque la 3eme FIV n’a abouti qu’a un seul embryon, qu’il a fallu congeler parce que mon corps s’emballait. C’était une lutte pour garder une petite porte intérieure ouverte et ne pas me laisser gagner par l’amertume et la colère. Attendre son heure avec foi en l’avenir, pas une mince affaire.

« vous en êtes a combien? »

Je me disais « La parentalité n’est pas donnée a tout le monde. La vie n’est pas injuste, elle est ce qu’elle est. Tu trouveras un autre chemin. » J’étais une rampante. Et il fallait de tout pour faire un monde.

« vous en êtes a combien? »

240 pages de parcours sur le forum arc en ciel à raconter nos mésaventures, nos attentes et nos accélérations, nos espoirs et leur consolations, des 10enes de posts ici avec mes tergiversations et votre bienveillance. Je pensais être coincée dans la case « Même joueur joue encore ».

« vous en êtes a combien? »

Pour beaucoup la réponse n’a aussi peu d’importance que la question. Cette dame m’aura certainement oubliée au coin du 2eme couloir à gauche, direction « Radiologie ». Pour moi cet échange porte le poids de la félicité, la légèreté du bonheur suprême, le gout de l’accomplissement d’un destin personnel, la texture de plume d’anges (ou d’un moelleux au chocolat noir fait maison, au choix).

« vous en êtes a combien? »

Et je me suis envolée.

 

Publicités