Coup de gueule. Double.

fuck

Je commence à dompter un peu mes hormones.
J’ai chouiné un jour sur deux pendant une partie du premier trimestre mais depuis le début du deuxième, ça va mieux.
Bon j’ai quand même des « Ronchon Day », qui tombe assez régulièrement (ma chérie a noté que c’était souvent les week-ends) il suffit de le savoir, et de pas me croiser… J’assume complètement le coté irrationnel de certaines de mes réactions, et je m’en excuse, mais bon quand même, des fois, je crois que ça vient pas de moi… y’a des gens vraiment relous qui ont du zapper les cours de savoir vivre, ou de psychologie humaine (ès femme enceinte d’autant plus). J’ai donc décidé de lister mes coups de gueule que je n’ai pas toujours eu le cran, la répartie, la force de répondre de vive voix.

Je voudrais donc dire :
A la personne qui m’a dit il y a deux mois que j’étais « énorme » (sic), alors que j’avais pris 1,6kg, que non ça ne faisait pas forcément ‘plaisir’, même à une femme enceinte (notez pour tout le monde : dans femme enceinte il y a femme) et aussi qu’elle pourrait déjà commencer à se peser avant de parler.
A celle qui est venu me demander sollanement de changer de tenue que j’ai toujours pas compris pourquoi, que oui je suis enceinte, de jumeaux, de 6mois donc forcément, ça se voit… et que je lui donne pas mon avis de savoir si son pantalon lui fait un gros x#°µ ou pas, ni ne l’oblige à regarder le mien.
A celle qui est venue me voir, tout aussi officiellement pour me dire que je serais mieux chez moi non, qu’au boulot, tu trouves pas, que j’avais vraiment une tête fatiguée quand même, mais qui ne s’est pas proposé une seule seconde de venir m’aider de la journée c’est moche, et que là aussi c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité quand on a des cernes de 3cm.
A toutes celles qui n’auraient pas pu, non vraiment pas, t’imagine le cauchemard, avoir des jumeaux l’horreur..  que ça tombe bien, ce n’est pas elles qui les attendent, et que je ne crois pas leur donner mon avis sur tout ce qui m’étonne/fait peur/m’énerve dans leur vie. On peut penser dans sa tête, comme lire c’est pareil, c’est super pratique je vous jure.
A tous les gens qui font la queue dans la caisse réservée « femmes enceintes » que ‘s’engage à laisser leur place’ c’est pas juste pour faire joli.
A celle qui (si, si chérie désolée lol) partage mon lit, qu’on ne rentre pas à point d’heure avec les garçons un samedi soir en silence bien sûr (essayer de coucher deux éléphants euphoriques en post anniversaire sans bruit..) pour me dire le lendemain matin à6h30 quand je pars travailler après 4h de sommeil, sur la pointe des pieds, que je mets limite ma culotte sur le palier « euh tu fais pas de bruit hein nan parce qu’on va faire la grasse mat nous »…Dude.. not cool.
Et qu’on ne dit jamais non à une femme enceinte. Non, jamais. Jamais. Courage.. 😉 (ou enjoy ça dépend du référentiel as usual)

Tous ces coups de gueule sont évidemment irrationnels et ne doivent en aucun cas être répétés, reproduits ou ressortis du contexte, d’ailleurs si on vous demande, je n’ai rien dit. C’est pas moi, c’est les hormones.

Un grand merci par contre à tous-tes les autres…
A la petite fille qui m’a dit « tu es vraiment très belle » dans la cour de l’école.
A toutes celles qui ont des étoiles dans les yeux en me disant que je vis « leur rêve », et notez vos portables en bas de ce message si vous voulez qu’on fasse un vis ma vie de maman de twins à la rentrée, je partage comme fille je suis cool.
A toutes les collègues qui me disent des trucs chouettes et qui m’overprotected, me font des capuccinos ou m’épargnent des patientes les plus reloues,  que c’est hypra cute et adorable, et que je les adore et qu’elles vont me manquer.
Au monsieur qui a inventé les pains au chocolat.
A mes fils qui sont hyper patients avec une maman qui n’est quand même pas hyper fun stuff tous les jours.

A ma chérie…
Bah oui… 🙂 quand même…  obviosly, parce que c’est the best wife ever.. pour toute une floppée de raison que je ne détaillerais pas ici.
Et que j’ai le droit de le dire j’ai testé les deux… en dépit des vergetures, des réflexions sur ma tête, mes fesses, mes seins, de la hanche et du dos qui se coincent, de l’essoufflement, de l’étouffement, de la méga teuf dans son ventre à n’importe quel moment du jour ou de la nuit, des contractions, de l’accouchement et de tous ces jolis mois qui suivent derrière…
La place la plus dure dans la grossesse, c’est pas la mienne.. c’est celle d’à côté.
Et de loin.
Merci pour ça.
E3

Publicités