Girls in Copenhagen

IMG_4805

J’ai plein de rêves dans la vie, mais si je ne devais en citer qu’un, ce serait celui d’aller manger dans le meilleur restaurant du monde.
A Copenhague.

Y a des moments où on ne doute pas dans la vie, où on retrouve le pourquoi du comment qu’on fait les choses. Ces derniers jours en ont fait partie.
Parce qu’on a la certitude d’être au bon endroit, au bon moment, avec la bonne personne, parce qu’elle vous aide à réaliser vos rêves.

D’habitude c’est moi qui suis nulle en surprise, mais je crois que j’ai un peu déteint sur elle. Bon et puis il faut dire qu’emmener votre femme enceinte de twins à l’autre bout de l’Europe, ça demande un peu de logistique et de ‘t’es sûre que t’es en forme’ donc la surprise avait été un peu vendue sur les bords, dans les grandes lignes.

Car quand quelques jours avant j’ai cru comprendre que je partais « pour je ne sais combien de temps » à Copenhague, je me suis retrouvée dans un avion pour le Danemark, ok, j’ai atterri là bas, ok, mais en fait on allait pas là bas 🙂
Enfin pas que.

Le Danemark aura toujours une valeur particulière pour nous.
Il est intimement lié à notre famille. Comme la Belgique, il nous aura permis d’accéder à nos chères petites têtes blondes et c’est émotionnellement très fort, de s’y retrouver, toutes les deux, en namoureuzes, pour souffler, dormir, se reposer, redormir, ne pas savoir quoi faire de la journée, dormir encore, manger (beaucoup, nous y reviendrons), discuter, de l’avenir, proche, loin, dormir (je l’ai déjà dit?).
Enfin « toutes les deux » pas tout à fait.
Ma copine chouchou nous a souhaité un bon week end avec un « bisous à toutes les quatre ».

J’ai souri.
Oui, c’est vrai.
Week end entre filles.

Il est devenu difficile de les oublier.
D’autant plus quand ma chérie, après un voyage en avion, 2h de voiture pour rejoindre une île de rêve…
(un autostoppeur laissé sur le bord de la route « de toutes façons on va pas savoir où il va, Mon, Mon c’est quoi ça?… Euh c’est exactement là où on va…)
… Une dépose express de la valise dans le B&B le plus cosy (et le plus gayfriendly, 75% des occupants) du coin, hésite un peu…
« Ah… j’avais un peu zappé que t’es naze l’après midi.. tu veux te poser un peu? Parce que… on devait aller voir un truc?
Moi (vaillante) « Bah nan mais si t’as prévu un truc on va y aller, on va faire quoi? Une grosse ballade?
Elle « Bah on a le choix, mais non, c’est surtout un point de vue »
Moi (idem) « Nan bah ça va aller, un point de vue c’est bon ».

Nous avons depuis revu ensemble notre définition réciproque de « point de vue », puisque, dans mon dictionnaire « point de vue » n’inclue pas une balade en forêt de 3km et la descente de 500 marches (si,si) et surtout, leur remontée.. un peu moins, 468, une broutille.
Mis à part ce détail, où il est, vous, mes mollets et moi (moins vaillante) en conviendrons, difficile d’oublier un état de grossesse de 5/6 mois, le week-end aura été exceptionnel.

Pays magnifique, des champs et des couleurs ahurissantes, des gens gentils, et heureux (c’est fou ce que c’est heureux un Danois), du mobilier design trop beau que tu veux ramener toute ta maison dans l’avion (« tu penses que ça peut passer en cabine ce fauteuil? On leur dira qu’on est monté avec à l’aller. », du soleil, du repos, elle, et de la bouffe de dingue.

Si le meilleur restaurant du monde est Danois c’est pas pour rien.
On a donc mangé des trucs venus d’un autre monde… des patates nouvelles roulées dans de la suie (une grosse tendance à aimer fumer/brûler/saupoudrer de poudre bizarre toute leur nourriture), des asperges au lait d’amande, des herbes bizarres, des poissons, de la viande tellement tendres que tu pouvais la boire, bref, j’en passe, je pourrais écrire des romans culinaires. Spéciale dédicace aux « branches »… où il aura bien fallu l’aide du serveur pour savoir ce qui se mangeait et ce qui était le décor, mais je peux donc rayer la case « manger des branches » dans les trucs à faire de ma vie.
Une tuerie.

Et pour celles et ceux qui n’aurait pas un ventre à la place du cerveau comme moi, il y a tout de même les incontournables pâtisseries danoises à découvrir. Nous avons un léger dilemne en cours avec ma chérie là dessus, à savoir si nous avons été raisonnables ou pas. C’est sûr que ce n’est pas le modèle de légèreté mais bon, déjà :
1/ça compense avec le reste de leur nourriture hypra healthy
2/ c’est un truc à faire, au même titre qu’aller voir la petite sirène
3/ Au décompte final on compte 7 (ou allez peut être 8) Danish pastries à deux sur un séjour de 4 jours…
ça va nan? Franchement?
Bon, on me dit dans l’oreillette que vu qu’on les a toutes mangé sur la seule et unique dernière journée, c’est peut être moins raisonnable…
Et je redoute un tout petit peu la prochaine écho morpho, j’ai peur qu’on trouve une malformation en forme de Cinnamon Stick sur les deux peanuts…

Bref, « quelques » courbatures aux mollets et petite fâcherie avec ma balance plus tard, je reviens à fond, rechargée à bloc, Girl Power ON, pour la suite des aventures de la « petite » famille Lardon.

 

Publicités