La loose des anniversaires

Il y a un truc avec la coloc, je sais pas si c’est le mois de novembre, un lien invisible qui nous unit…Bref la loose des anniversaires.

Le mien date de novembre 2005 quand les procédures pour le pacs n’étaient pas encore au point. Un résumé sur le site internet du tribunal de Grasse qui expliquait que nous devions déposer tous les papiers au tribunal pour être reconvoquées quelques semaines plus tard pour la signature. Alors nous on y est allées tranquillou bilou un lundi matin, en jeans, avant le boulot. On se retrouve à patienter dans un couloir parsemé de mégots, avant d’atterrir dans le bureau étroit d’une dame austère qui louche sur nos papiers. « Voila » nous dit-elle en nous remettant un papier orangé.

« Et la date du prochain rendez-vous? » je demande
– Quel rendez-vous? » me répond-elle
– Ben vous savez pour la signature du PACS…
– Mais il n’y a pas d’autres rendez-vous, vous êtes pacsées!

On s’était retrouvées un peu émues tout de même dans l’ascenseur. Et pour marquer le coup, nous avons décidé le soir de fêter ça dans un resto romantique au bord de la mer…Un soir de pluie de novembre…Un lundi…Sur la Côte d’Azur…dans des rues désertes.  Aucun resto ouvert. Enfin si, un : « le roi de la viande ». Chaises en plastique, nappes en papier, pots de ketchup et mayo séchée. On passe devant, on y repasse. J’ose un regard vers ChérieLégo. Elle me regarde « Même pas en rêve ». C’est comme ça que tous les mois de novembre qui ont suivi, nous avons tenu à fêter notre anniversaire de la loose au Roi de la viande.

Je crois que le roi de la viande est devenu un kebab depuis, ou un resto vietnamien je ne sais plus. Maintenant nous sommes parents et sages. Je lui achète un énorme bouquet de roses rouges avec un poème et je trépigne d’impatience en sortant du boulot tout en me remaquillant dans les bouchons. Pour ne pas manquer l’effet de surprise, je prépare mon coup devant la maison, je mets mon téléphone sur numéro privé et masque ma voix.

« Alors bonjour madame M? Une livraison pour vous au rez-de-chaussée… »

– Hein? Quoi? je comprends rien

– Madame M…Livraison…rez de chaussée

– Hein quoi j’entends rien bordel, c’est quoi cette livraison…

Bip, Bip.

Bon alors pour l’effet de surprise c’est raté. Et en plus on est en alerte orange, j’ai à peu près 100km/h de vent qui me souffle dans la gueule et autant de flotte qui tombe sur ma tête. La lumière du couloir est allumée. Tant pis, je dépose le bouquet devant la porte et tape. Le bouquet s’envole. Je le rattrape, retourne me planquer. J’attends. Personne n’ouvre. Je rattrape le bouquet, me prenant une branche dans l’oeil et les dents au passage. Je retape et j’attends dans un coin, attendant le moment où ma douce s’exclamera devant le bouquet qui ne ressemble déjà plus à grand chose. Mon eyes liner est devenu un joue et menton liner, j’ai l’oeil gonflé et rouge, j’ai mal à la lèvre et j’ai une coupe de chiwawa mouillé. J’imagine la scène « oh ma férie fe t’aime ».  Tant pis. J’ouvre la porte, il n’y a personne. C’est plus tard que ma fille trouvera le bouquet et dira avec fierté dans le couloir « oh regarde maman grosse, je t’ai acheté des fleurs ». Faîtes des gosses…

Alors c’est comme ça chez puisque c’est la guerre. Il y a des traditions auxquelles on ne peut déroger. Tout ce qu’on fait, on le fait par amour. Même les fleurs, même les gâteaux. Pendant une année, un personnage nous a hanté, remontant régulièrement à la une du statut facebook de Subway, certains ont même menacé d’appeler la SPA culinaire. C’était le hérisson flippant des deux ans de T :

1401888_10152046603302566_1122378203_o

Alors vous imaginez bien qu’on attendait avec impatience la cuvée 2014 et nous avions été fort déçues de voir un train en chocolat tout mignon cette année.

Mais heureusement, un jour plus tard, Carolyne Ingalls, s’est rattrapée en nous présentant le gateau bouffé par les rats « surmonté de trois bougies qui réclament l’euthanasie » selon les mots de la cuisinière pour la troisième année d’Axou :

10453038_676326219154162_4161532700262622063_o

Alors les filles MERCI. Merci de perpétuer cette belle tradition de la loose des anniversaires. On ne se moque pas, nous sommes de grandes sentimentales et tout ça, ce n’est que de l’amour. (avec des kebab mayo séchée, des bouquets déplumés, des hérissons flippants, des gâteaux rongés).

 

 

 

Publicités