La justice pour tous?

justice

Je vous préviens, je suis ronchon.
Ronchon des grands jours, et des petites nuits. J’ai dormi 3h. J’ai chouiné des litres. Ronchon je vous dis.

Pourquoi?
Bah je vous rewind un peu le scénar.
Le cameraman fait un zoom arrière sur la semaine dernière. On revoit un « you’ve got a mail » avec des airs de Meg Ryan. En brune. Trois mots. On sautille dans les bras de ses copines. On écrit des petits mots qui volent sur la toile. La bande son c’est Finally, comme dans Priscilla folle du désert? Oui, et comme quand Alice et Dana se sautent (enfin) dessus. Pareil. C’est une grande fête de famille, des yeux rouges et des pleurs de joie.

Oui mais voilà, il y avait un « mais ».
Les mais, c’est toujours chiant.
Des fois on les dit pas, parce qu’on se dit que si on les nomme pas, ils n’existent pas.
Et ben laissez moi vous dire que cette théorie, comme de nombreuses autres théories fumeuses élaborées par ma petite personne, ne marche pas. Rien. Nada. Quechua.

Ce « mais », c’était que les trois petits mots, les plus jolis mots que la terre judiciaire aie porté, adoption plénière accordée, ils étaient que trois.
Trois petits mots et puis je m’en vais. Trois. Pas six. Trois petits mots pour un lardon, premier du nom.
Et qu’au delà de l’immense joie, de l’évidence de la reconnaissance pour moi, de ce lien là, ce petit « mais » gâche un peu beaucoup la fête.

Je pensais que c’était un petit « mais ». Genre un oubli. Ah merde, j’ai laissé la lumière allumé. Un stagiaire qui aurait laissé traîner le papier sur un coin de dossier. Qu’il suivrait, cette semaine, hein, il suivrait? Il suivra? Il suivrut?

Parce que voilà, bah en fait, non.

En fait, en France, en 2014, si je résume pour ceux qui dorment depuis deux ans ou qui reviennent de Mars (et qui repartent #humour ronchon pourri fatigué), être gay et vouloir une famille c’est ça :
– tu iras ailleurs en Europe faire des enfants, et sans faire trop de bruit s’il te plait.
– tu demanderas pas aux gynécos qui te suivaient gentiment il y a quatre ans de le refaire parce que depuis on leur a promis la prison s’il faisait ça (et ouais, le prix pour qu’ils voient tes fesses, sûrement)
– tu accoucheras dans la douleur (ça, ça reste un classique)
– tu regarderas impuissant ta femme accoucher dans la douleur (mal assis sur un tabouret, ça fait partie du processus de passage)
– tu te marieras (pose pas de question, t’as pas le choix)
– tu iras dire à un notaire que tu veux bien que ta conjointe deviennent aussi la mère de ton enfant qu’elle est déjà
– ta conjointe devenue ta femme dira la même chose
– tu attendras deux mois
– ta conjointe devenue ta femme attendra aussi (elle saura bien mieux faire que toi)
– tu donneras tout ça à un avocat
– tu espéreras très fort tomber sur un bon tgi comme tu gratterais un Morpion (le jeu à gratter, évidemment)
– tu attendras (…)
– ta femme attendra (ndlr : même remarque que ci-dessus)
– tu recevras un mail qui dira que ayé youhou elle est devenue la mère de ton fils
Et c’est tout.

Voilà.
Deux mamans. Deux enfants. La même procédure. Du début à la fin. Sauf peut être l’accouchement parce que bon j’ai masterisé. La même situation. Même, même, même.
D’un coté, les jolis mots, l’intérêt de l’enfant, la reconnaissance juridique, lien indéfectible, tout ça.
De l’autre, rien. Dossier en attente.

Alors là tu diras : What the fuck???
Non parce que tu parles trop bien l’anglais.

Etre une famille homoparentale en France, c’est la fête.
C’est le parcours de combattants de A à Z, et même jusqu’à WTF.

C’est pousser l’injustice et la bêtise au point de faire :
1/des différences entre les pays d’un espace voulu commun Européen lalalalilalala (avec le son c’est mieux je le reconnais)
2/une différence entre les couples (dommage pour toi si t’as des problèmes de fertilité ou si tu es un homme gay, retourne direct à la case galère sans passer par la case prison, quoique…)
3/une différence entre les régions hein, un truc lié au climat sans doute, ce tgi oui ce tgi non
4/ et ben voilà que c’est aussi maintenant une différence au sein d’une même famille.

Lardon 1 a deux mamans.
Lardon 2 attend.

Et à la fin qui c’est qui saute à l’eau?

Et la justice pour tous?
C’est pour quand?
C’est peut être le seul intitulé « pour tous » qui aurait eu du sens.
Fuck.

Publicités