La petite homophobie

affiche-rimbaud

La petite homophobie

La petite homophobie, je viens de la rencontrer. Celle que je connais (surement y en a-t-il plusieurs) c’est quand quelqu’un n’est pas totalement contre mais n’est pas pour non plus. Celle que je connais se cache dans un « il est contre (l’homoparentalité) parce qu’il ne comprend pas tout (…) il n’est pas contre jusqu’à aller manifester, il n’est pas pour. Ce n’est pas un extrémiste. (…) Il n’est pas homophobe !!! Il n’est pas du tout dans le rejet ».

La petite homophobie est donc beaucoup plus insidieuse. Mais cette personne, ce « il » « s’est réjoui quand il a appris ta grossesse » (donc la mienne de grossesse, moi femme en couple avec une femme). Donc on arrive à l’argument du genre : « oui mais toi c’est pas pareil », un petit peu comme d’autres discriminations, je suis devenue alors le « noir du quartier » (merci Caroline Ingals pour cette image).

Surtout ne pas dire à quelqu’un atteint de petite homophobie qu’il est homophobe parce qu’alors ça compte pas, parce qu’alors c’est lui qui crie à l’injustice.

Comment répondre ? Bin oui surement manque-t-il de compréhension ? Où était-il lors de tous les débats ? Faut-il tout recommencer ? Une nouvelle fois se justifier ? Oui surement … encore et encore.

Mais est-ce vraiment obligatoire ? Le devoir de sensibiliser à notre cause et de convaincre de notre capacité à élever des enfants est-il livré avec l’homosexualité ? Ce n’est pas comme si on avait choisi une religion et qu’on essayait de convaincre les autres ? Et bien si ! moi, des fois j’ai l’impression de faire du prosélytisme et j’aime pas ça. Encore une fois c’est la notion d’injustice qui me donne un goût amer, dur trop dur à digérer.

Vous faites parti de la majorité confortable et c’est facile de vous pencher sur nos vies pour nous juger ou donner votre avis. C’est à priori moins facile de vous convaincre que nous sommes tout à fait capables de bien élever nos enfants et de leur apporter tout ce dont ils ont besoin. Bien sur pas de papa, ça on n’a pas mais on a plein d’autres choses, vraiment. Doit-on vraiment définir l’éducation que nous allons donner par le manque ? Faisons-nous la même chose pour tout le monde ?

Alors, que fais-je ? Faut-il que je prenne le temps de convaincre cette personne ni pour ni contre ? Là en ce moment ça crée un conflit dans ma famille pourtant unie ? Est-ce à moi de faire ce pas là ? Personne d’autre ne le fera. Est-ce encore ma responsabilité ? Oui on dirait … et on dira surement que je suis à l’origine de tout, moi et ma manie de vouloir être originale.

Mais cette fois je laisse tomber, tant pis pour eux, tant pis pour nous. J’aimerai que la vérité éclate pour tous mais ce n’est pas le cas, ça ne le sera jamais. Il y a des fois où il faut se protéger même si ça me coute. Pourvu qu’un jour ils comprennent et regrettent, pourvu que.

La petite homophobie reste de l’homophobie et je me demande si elle ne fait pas encore plus mal …

Publicités