Loulette et le caillou magique

Dire que Loulette a une aversion pour l’école est un doux euphémisme, sentiment qui risque de s’étaler dans le temps malgré les paroles rassurantes de mamans qui sont passées par là. L’expérience me rappelle une petite chose hurlante et en colère de deux mois et demi laissée un matin à une nounou qui en avait vu d’autres en 15 ans et m’assurant que c’était le temps de s’y faire, qui m’affirma au bout de deux mois qu’elle finirait bien par la mater, pour me demander cinq mois plus tard l’autorisation de lui  mettre un coup de boule.

Mais qu’importe. La semaine dernière, deuxième jour, Loulette traînaillant des pieds sur le chemin me confie avoir très peur d’aller à l’école à nouveau. Nous nous sommes arrêtées sur le côté et  je lui ai demandé de me choisir un petit caillou. Elle me ramène alors un beau petit caillou noir bien rond, bien lisse. Je pose un genou à terre, prend le caillou dans la paume de ma main et je demande à Loulette de fermer les yeux en soufflant doucement sur le caillou avec moi pour y saupoudrer de la magie. Quand elle rouvre les yeux je lui dis :

– Maintenant c’est un caillou magique. Je te le mets dans ta poche, chaque fois que tu auras peur à l’école tu le prends dans ta main et tu le serres très fort, cela va t’aider à ne plus avoir peur.

Elle m’a regardée genre « pauvre tâche ».

– Il est nul ton caillou, il est pas du tout magique!

Bim! Moi qui trouvais que c’était une super-idée-de-maman-trop-magique, je devais avoir un air tellement déconfi qu’elle m’a regardée avec un petit sourire apitoyé en m’embrassant

– Je suis vraiment désolée maman…

Il n’a donc plus été question de magie ou quoi que ce soit, seulement beaucoup de larmes rentrées de la part de Loulette dans les huit jours qui ont suivi. Ce matin, nous reprenons le chemin ensemble et à la vue de la cour d’école, Loulette se fige.

– J’ai très peur maman…

– Je suis désolée ma chérie il va falloir y aller

– Attend j’ai oublié quelque chose, il faut que je prenne!

Elle fouille dans son sac à dos en grommelant « mais ou il est? » « grrr » et en ressort un petit caillou noir et lisse. Elle prend une grande inspiration en passant le portail.

– J’avais oublié mon caillou magique!

 

 

Publicités