Un président « juste »…

2012

Monsieur le président,
(Et Manu, tu peux lire aussi si tu veux)

Je me doute que vous avez fort à faire en ce moment, les pactes en veux tu en voilà, le chômage, les affaires, les députés à recadrer, cadrer, décadrer.
Oui, je sais.
Mais voilà, j’ai une question. Une seule.

On va me redire que les homosexuels nous ont déjà bien fait c*** pendant plus d’un an avec « leur » mariage, qu’on en a eu par dessus les oreilles de tout ça, et que la France oh eh hein c’est pas que cette bande de rigolos habillés en arc en ciel.

Alors oui, je suis la première à dire que ce « débat » était insupportable. Pour tous.
Ah mince, j’avais dit que cette expression était bannie.
Insupportable pour les antis, ceux qui pensent qu’on est des méchants lobbyistes adeptes de théorie fumeuse sur le djender.
Insupportable pour les français moyens qui en avaient autre chose à faire de ces histoires qui ne les concernaient pas et qui étaient « all over the news » comme on dit.
Et aussi, je vous l’assure, insupportable pour toutes les personnes homosexuelles de ce pays.

Alors Monsieur le président, je ne vais pas vous retenir longtemps.
On a eu notre loi sur le mariage, on a bien compris que ça n’irait pas plus loin. Ne vous inquiétez pas, ça on a bien compris…
Concernant la PMA vous savez, j’aurais presque pu comprendre si vous aviez présenté le truc sous l’aspect financier vu l’état de l’assurance maladie, allez à la limite.. ou alors si vous aviez dit, c’est une étape, on verra pour la suite.
Mais non, là c’est « tenez, prenez ça et faites moi plus c** ». En gros, hein, je résume..

Mais alors, je l’ai dit, j’ai une question, une seule, Monsieur le président.
Je me rappelle très bien, très très très bien même.. parce que je croyais en vous, que j’avais l’espoir naïf de ceux qui n’ont jamais vraiment vécu sous le PS au pouvoir que c’était vrai, le changement, l’égalité, maintenant tout ça.
Naïve? Ok j’assume ma part de responsabilité.
Parlons de la votre si vous voulez bien…
Stricto sensu allez vous me dire, vous n’avez pas menti, vous vous étiez engagé sur le mariage, et l’adoption, et allez vous me dire (again), on les a…

Les points de suspension sont importants. Ils sont toujours importants…

Parce que voyez vous, avec votre loi là, en l’état..  le mariage.. ok, on l’a.
Il faut faire abstraction de votre histoire de clause de conscience et des élus de la république qui clament haut et fort qu’il y a des lois non applicables si on veut mais bon, ok passons.

Parlons de l’adoption en revanche..
La loi prévoit que toute personne mariée (donc nous youhou) peut adopter l’enfant de son conjoint, si celui ci n’a pas déjà deux filiations connues établies.

Voilà, c’est ça la loi. C’est court, bref, concis, ça a l’air simple me direz vous?
Passons les coûts des démarches administrativo judiciaires, les frais de notaire, d’avocat, tout ça, bref passons. On se retrouve ensuite face à un juge, qui donc applique la loi, bref, concise, simple.

Et ben non.
Voilà, mercredi 30 Avril, le petit Martin, 4 ans s’est vu refusé le droit d’être adopté par sa mère, qui était pourtant l’épouse de son autre mère et alors qu’il n’avait pas d’autre filiation établie.

Pourtant, ailleurs en France, à Rennes, à Annecy, à Paris, à Rouen, et j’en passe, Jade, Nathan, Lois, Claire, Eliot et j’en passe, pour la même situation, la même exactement pareil pareil je vous le jure, ont eu eux le droit d’être adopté par leur deuxième parent.

Alors ma question Monsieur le président, j’y viens.
Ce soir là, en 2012, vous promettiez plein de choses, mais vous avez dit surtout qu’à la fin de votre mandat, s’il devait se résumer en une phrase, une seule question, celle qui allait vous guider tous les jours dans toutes les décisions que vous alliez prendre en tant que président de la république :
« Qu’est ce qui est juste? »
C’est pas de moi hein, je vous cite.
Alors je vous demande.. Trouvez vous cela juste, monsieur le président?

Cette justice française dont nous sommes si fier face aux système étranger, cette présidence normale et « juste » que vous nous promettiez, ces milliers de gens que vous avez mis dans les rues pour un changement, maintenant..
Est ce vraiment juste?

Je pense à Martin ce soir, et à mes garçons.
Mes deux fils dont j’attends pour l’un qu’on lui donne le droit que je sois officiellement sa mère.
J’ai la conviction qu’il ne peut y avoir différentes justices dans notre pays, que cette décision, en plus d’être injuste, incohérente et homophobe bien évidemment, ne saurait en plus être défendable juridiquement parlant au vue des autres rendues préalablement sur le territoire.
Qu’en serait il autrement? Quel serait le message?
On peut avoir deux mamans à Lille mais pas à Versailles?

Je n’aurais rien d’autres à ajouter Monsieur le président, je vous avoue que je ne sais plus trop quoi dire…
Je vais vous laisser repartir, gérer les crises internationales, le rachat d’Alstom et que sais je encore..
Mais si ce soir, demain, un jour, vous repensez à Martin, peut être dans la glace en vous rasant le matin..

Redites moi… est ce que cette décision, est ce que cette loi, cette situation..
Est ce que c’est vraiment, vraiment, juste?

Publicités