Mourir ou disparaître…

Philip-Seymour-Hoffman_l

Il y a les gens qui meurent et ceux qui disparaissent.

Parfois, cela signifie la même chose. Parfois non.

Je viens de lire ce très bel article, mal traduit, de Jamie Lee Curtis, à propos de la mort de Philip Seymour Hoffman.

Et je pense à cette phrase qui résonne en moi depuis 3 ans : on ne peut pas réduire une personne à son addiction.

Les Philip(pe) parfois disparaissent.

Mon Philip(pe) à moi vient de partir. Je ne sais pas où. Probablement creuser encore plus sa tombe en même temps que creuser le sillon de sa dépendance.

Le reverrai-je avant qu’on m’appelle pour me dire qu’il est parti ? Vraiment. Qu’il est inanimé.

Que son corps commence doucement à se raidir et se décomposer.

Mon Philip(pe) est de mon sang. Il est du genre à dire que ça le gonfle que je sois avec une femme mais en même temps à me dire qu’il est heureux de me voir avec Elle.

Il est du genre à prendre ma femme dans ses mains pour la consoler d’une douleur inconsolable.

Mon Philip(pe) est le type le plus cultivé en rock n’roll que je connais avec Philippe (tiens) Manoeuvre.

Mon Philip(pe) boit trop. Et alors ?

Il est celui qui a mis un stylo dans ma main quand j’avais huit ans et n’a jamais cessé de penser, à tort selon moi, que j’avais un peu de talent.

Il m’a retourné le cerveau à photographier des réveils et des croix en noir et blanc. Et j’ai beaucoup pensé à lui quand des années après, lorsque je me suis à mis à shooter des peaux de mandarine dans des toilettes ou à me photographier dans ma salle de bain.

Il a volé des bouquins pour moi.

Il a déboulé un jour où je peinais sur une put*in de partition pour m’expliquer que le tout petit rythme que j’avais joué pour me détendre était un riff jazzy sublime.

Il est la seule personne qui m’ait giflée.

Mon Philip(pe) n’a laissé personne indifférent. Il a séduit bien des femmes avec son regard bleu délavé. Celui d’un petit garçon qui ne comprend pas le monde dans lequel il vit. Ou qui le comprend trop. Selon les jours.

Mon Philip(pe) m’a fait des cadeaux insensés. Conscients ou pas. L’album bleu des Beatles. Comme le goût de tout remettre en question. Toujours.

Mon Philip(pe) est parti. Je ne sais pas où.

Je le cherche. Je m’inquiète. Je sais qu’il ne répondra pas à mes mails. Il ne répond plus depuis que je lui ai dit que je l’aime.

Mais s’il a l’occasion de lire un post, sur un blog, même s’il sait que c’est moi qui l’ai écrit, il ne pourra pas s’en empêcher.

Pour Philip(pe), star, frère, ami, père, amant… . Où que vous soyez.

Publicités