L’école des mamans

Hier on parcourait les couloirs de la maternité avec un bébé de 2.4 kg qui hoquetait comme un jouet à chacun de nos pas avec un « wii-i » et un matin subitement on s’est fait face sur des chaises de 30 centimètres de haut, avec des mini tables assorties. A côté de nous sur le banc, un papa qui élève sa fillette, un couple d’une quarantaine d’années avec le petit dernier, la belle fille de l’un, le beau fils de l’autre. N’en déplaise à certains, on peut scander que la famille c’est un papa et une maman, la réalité était dans cette salle : un papa et une maman, un papa tout seul, deux mamans, un papa et une maman qui avait aimé d’autres papas et d’autres mamans avant. La vie quoi : on aime, on doute,  on apprend de ses erreurs, on avance avec ce qu’on a appris, on se reconstruit, on fait avec cahin-caha et on se retrouve là, à l’accueil d’une école maternelle d’un village des collines.

On regarde les petites mains peintes sur le mur et l’écriture maladroite des enfants « Lilou », « Arthur » et on observe ce petit monde en miniature en se rappelant des souvenirs pas si lointains. Surtout quand comme moi on a une mémoire qui s’encombre de tout et n’importe quoi : du nom du premier dessin animé vu en classe à la couleur des bonbons que nous donnait la maîtresse. Quand avec ma copine Lucky on faisait la grève de la sieste et qu’on embrassait les garçons dans les tonneaux de la cour d’école. Ensuite à la fac Maman Alex a embrassé les filles et Tatie Lucky a longtemps, très longtemps embrassé des garçons sous les tonneaux.  Et maman Alex a donné tout naturellement le prénom de tatie en second prénom à Loulette qui a hérité de son joli caractère.

La directrice de l’école a fait passer les parents les uns après les autres et notre tour est venu. Elle nous a demandé si elle était en retard ou si c’était deux mamans ensemble. Simplement. Il n’y a pas eu d’autres explications. Elle a pris notre dossier, s’est renseignée sur notre situation familiale : pacsées, mariées? L’enfant est-il en cours d’adoption? Elle a accolé nos deux noms derrière le prénom de Loulette. Nous a demandé les informations générales, métier, numéro en cas d’urgence. Nous a expliqué le fonctionnement de l’école et nous a tendu un papier à signer avec les renseignements.  Il y avait deux colonnes avec  nom de la mère | nom de la mère, Téléphone de la mère| Téléphone de la mère, à un moment donné y a eu quand même un petit couac sur le « Prénom du Mère » mais quand même aucune mention barrée.ça faisait chaud au coeur.

On est sorties et on s’est assises près des toboggans en imaginant bientôt notre fille courir dans ces lieux, faire son apprentissage de petite fille. Et d’un coup en tant que mamans nous aussi on a grandit, à la rentrée prochaine notre bébé sera une écolière.

 

 

 

Publicités