Mariage pour tous ? : les limites !

Ou quand être légalement le parent de son propre enfant rime avec combat aberrant!

Vous le savez, depuis peu nous avons le droit de nous marier, nous les homos. Et vraiment nous sommes ravis, c’est une vrai victoire, une vrai avancée. Cependant il reste du chemin pour une réelle  équité …

Concernant les répercutions sur nos familles, le mariage nous donne le droit d’adopter nos enfants. Ça semble déjà pas mal ridicule dit comme ça (et ça l’est) mais c’est malheureusement pour nous la seule façon à l’heure actuelle d’être légalement les parents de nos enfants.

Et c’est là qu’on rigole (jaune), c’est là que ça devient aberrant car pour faire en sorte d’être presque comme les « autres » ou comme « tout le monde » (comprenez comme « les hétéros ») on nous colle des lois qui ne nous concernent pas vraiment. On veut faire du « pour tous » mais on fait du n’importe quoi ! Nous on ne veut pas être presque comme tout le monde hein, on veut « juste » une famille avec les mêmes droits que la majorité des autres familles. Seulement le mariage « pour tous » ne nous l’accorde pas, c’est juste un aménagement qui nous conduit, vous allez le comprendre à des aberrations, des grands n’importe quoi !

Prenons notre exemple qui est très révélateur, ce sera mon coup de gueule du jour !

Ma chérie avant de me rencontrer a eu 2 enfants avec l’homme avec lequel elle a été mariée. Puis nous nous sommes rencontrées, ils ont divorcés. Nous 2 nous nous sommes pacsées puis nous avons fait un bébé. C’est moi qui ai porté le P’tit Chou (en tout cas les 9 premiers mois après on a alterné hein), je suis donc son seul parent aux yeux réducteurs de la loi.

Ensuite nous nous sommes mariées et grâce à cela ma femme va pouvoir adopter officiellement son 3ème enfant. Mais alors nous voilà confronter à une procédure qui ne colle pas à notre situation.

On nous demande de rencontrer un notaire pour signer un consentement d’adoption. Soit (enfin 250 euro quand même). Ensuite, 2 mois après cette signature, s’il n’y a pas de rétractation de notre part, nous pourrons déposer  au Tribunal de Grande Instance (TGI) de notre ville un dossier d’adoption plénière. Bon ok. Nous avons fait le choix de recourir à une avocate (ce qui n’est pas obligatoire) pour ces démarches envers le TGI, elle nous a donc fait parvenir la liste des pièces à fournir pour constituer notre dossier et c’est là que cela devient vraiment aberrant, mais vraiment …

Parmi la liste des documents requis (attestions/témoignages de nos proches comme quoi ma femme est investie dans la vie du P’tit Chou ; photo ; etc.) on nous demande une lettre manuscrite de l’ainé des enfants de ma chérie, notre Grand Dadais de 14 ans dans laquelle il doit expliquer qu’il ne s’oppose pas à cette adoption.  … Alors déjà là, je trouve ça aberrant mais ça m’a encore plus donné envie de m’insurger quand j’ai lu la ligne suivante. En effet pour le 2ème enfant de ma femme, notre Ouistiti qui n’a que 10 ans (c’est-à-dire moins que les 13 ans requis pour rédiger soi-même sa lettre) il nous est demandé une lettre de … son père, c’est-à-dire l’ex-mari de ma femme, expliquant qu’il ne s’oppose pas à l’adoption.

J’ai lu et relu, et même rerelu cette ligne … dépitée quand il a fallut que je me rende à l’évidence. Totalement aberrant, n’est-il pas ??? Alors, qu’on s’entende bien, qu’on examine les intérêts des ainés, qu’on s’assure qu’ils ne soient pas lésés par profit, déshérités, victimes d’une escroquerie financière etc. ok mais là c’est complétement aberrant dans notre cas !!!

Si jamais j’avais eu notre P’tit Chou d’une union avant elle, qu’il n’ait pas d’autre parent que moi et qu’elle décide de le faire entrer dans sa famille, pourquoi pas ? (et encore on n’est pas riche par ici hein) Mais là, c’est de son fils dont on parle ! Si on avait décidé que c’est elle qui porterait ce petit, on n’aurait pas demandé l’avis des grands ? et surtout pas de son ex ?!!! Imaginez-vous demander l’avis de vos enfants pour faire un petit dernier et ensuite de votre ex ! demandez-leur  à tous de vous écrire leur permission noir sur blanc et de la signer !

C’était déjà le fils de ma chérie bien avant sa conception, puis nous sommes allées ensemble en Belgique, c’est un désir de couple, c’est SON enfant sauf que comme il n’y a besoin que d’un seul ventre pour le porter elle n’a pas eu besoin de le faire mais c’est SON enfant autant que le mien !

Là on nous a collé une loi, celle de l’adoption plénière, celle des hétéros, sans doute très adaptée dans leur cas, mais qui ne colle pas pour nous.  A trop vouloir nous faire rentrer dans le moule on déborde ! JE déborde de colère !!!! Alors comme on nous le demande, comme on n’a pas le choix, comme on a de la chance que ça se passe bien avec le père des grands et surtout comme on a envie plus que tout que cette adoption ait lieu, on ravale ce trop-plein de rage et notre fierté et on se plie pour rentrer dans ce puta** de moule !

Mais c’est pas fini, le combat, la guerre doit continuer, nous on veut les mêmes droits mais vraiment, pas du « presque comme tout le monde ». On veut pouvoir faire nos enfants en France, avoir accès à la PMA, ne pas avoir besoin d’adopter nos enfants mais juste les reconnaitre en mairie « comme tout le monde » et ce même en dehors du mariage !

Publicités