Je suis.. pardon? En train de? « Assassiner des enfants »… Nan mais « allo quoi »?

allo quoi

Ah ouais. Quand meme.

C’etait un debut d’apres midi presque ordinaire, je me lève apres une garde de nuit, je prends un café dans mon lit devant mon ordi, je lis les actualités et encore j’ai hesité parcequ’en ce moment les actualités cest souvent « prends ça dans la tronche », mais bon… je me dis que cest de bonne guerre quand on l’a perdue.
Enfin je plaisante un peu, parceque non c’est pas de bonne guerre, meme dans la guerre il y a des règles, Machiavel en a meme fait un bouquin super passionnant qui m’a confortée dans l’idée que je prendrais plutot des mercenaires que des soldats, ou l’inverse, je sais plus.. mais bref, vous voyez l’image, Linem les cheveux en petard, les yeux à moitié ouvert, le café qui tangue dangereusement au dessus du clavier.. Et là, j’apprends, « que je suis en train d’assassiner des enfants ».

J’en reste sans voix.
C’est meme plus de la « betise », c’est meme plus de la douce ignorance, c’est meme plus de l’hyper God Kissing Ass pour se faire bien voir de sa paroisse, c’est juste.. Nawak.
Voilà, c’est le mot, nawak. Nimporte quoi. Bullshit.

Arggg j’ai meme plus envie de repondre, j’ai meme plus envie d’expliquer. Mais pourtant j’ai rendez vous avec ma chère deputée maire samedi, je me bouffe la moitié d’un week end à la montagne pour aller lui montrer ma tete, celle de ma femme et de mes lardons qui « non ne sont pas des terrorristes », parceque je crois qu’elle a besoin de le voir pour le croire.

V’la ty pas que maintenant va falloir que je me « defende de les?.. assassiner?
Nan mais allo quoi?
Ah desolée, mes vieux demons resurgissent, mais là, il s’imposait.

Allo quoi??! Les assassiner. Du verbe assassiner, tuer, mourir.
Mais nimporte quoi. Nous on veut rien de ce que vous demander là… marchandiser nos corps, acheter des enfants sur internet, les eduquer dans cette grande secte lobbiste gay qui dance sur YMCA en buvant des bières XX..

Je le dis, je le redis, on veut juste continuer de s’aimer, tranquilles, sans vous faire chier, elever nos enfants, e-le-ver, pas assa-ssi-nner.. et les proteger. Point barre.

Mais je crois qu’en fait, c’est ma pote Marion qui a raison depuis le depart, ça sert à rien de discuter, ça sert à rien de parler, de se defendre, de s’expliquer..
On a rien à expliquer, on a rien à prouver, on est pas en tort, cest pas un jugement.
Et encore moins un jugement pour meurtre.

Publicités