emotions_colere_clr
Culture de mort

Vous allez me dire “qu’est-ce que tu vas foutre à perdre ton temps à causer avec ce type qui nommé sa page “CULTURE DE MORT – non à l’homoparentalité et au mariage gay”? Allez-y, allez-y, dites-le.

Vous allez me dire que c’est peine perdue, que ce type, que j’appellerai pour sauver le peu de notoriété qu’il peut avoir, Nicolas Brindille, qui passe son temps supprimer directement mes messages, n’est physiologiquement pas capable de m’entendre.
Vous allez me dire que Mr Brindille, qui aime Civitas, et qui nous traite de délinquants, d’illettrés, qui dit que nous faisons du trafic d’enfant au même titre que certains délinquants trafiquent la drogue en banlieue, n’est autre chose un pur et dur débile mental.

Vous allez me dire que Mr Brindille, quand il en aura marre de cette petite puce que je suis à l’agacer à lui piquer la cheville en copiant-collant mes réponses, toujours respectueuses (enfin, presque), me bannira tout simplement de son royaume nauséabond, comme il l’a déjà fait avec ma copine Carolyn Ingalls.
Comme ça il sera le roi unique, despotique, décidant de quels articles à la noix et quels sujets délirants il laisse vaquer dans ses rues. Il se créera un petit univers ou tout le monde lui est semblable, ou il n’aura que des « Like » a ses délires verbaux.
Vous me direz « mets plutôt ton énergie dans autre chose de plus constructif ». Vous me direz enfin « il ne changera pas d’avis ».

Bien sûr que non. Nicolas Brindille ne changera pas d’avis. Il est autant persuadé que nous sommes des trafiquants d’enfants transsexuels en porte jarretelle et talons aiguille, que je suis convaincue que nos familles sont magnifiques de simplicité.

Je ne ferais pas changer Nicolas Brindille d’avis. Je n’en ai pas la prétention.

Mais au moins, au moins, je l’emmerde, lui et ses sujets clonés. Au moins, je lui oppose une résistance.

PS: un grand merci a Jessica qui d’un coup de baguette magique m’a redonné<a

Publicités