Petit soldat en moufles

moufles_mouton_roses_250

Puisque c’est la guerre, j’y vais.

Puisque c’est la guerre, je me rends au front.

Je n’aurais pas supporté de ne pas défendre ma patrie moi-même, petit soldat que je suis.

Puisque c’est la guerre, je m’organise au niveau du travail, de mon couple, pour passer ces 3 jours à Paris. Mes Q miles me permettent de prendre un billet Doha – Paris pour le même prix qu’un Toulouse-Paris. Ca rend la chose presque raisonnable.

Puisque la guerre se passe dans un pays froid et en hiver, peut-être même sous la neige, je m’équipe en chaussette hautes, bonnet doublé et moufles fluos. Ce sera mon signe distinctif, les moufles fluos. La fille avec le blouson de ski, le bonnet doublé et les moufles fluos, c’est la fille qui vient du Qatar. Et au Qatar l’hiver il fait entre 15 et 27 degrés.

Puisque c’est la guerre je défie mon père et ma mère qui restent sans mots face à mon armure de soldat, et qui trouvent certainement ce déplacement totalement déraisonnable et hors propos. Je défie aussi un peu ma compagne qui n’a pas l’esprit militant pour un sou et m’encourage poliment du bout des lèvres.

Puisque c’est la guerre et que 340 000 personnes, petits et vieux, ont défilé joyeusement contre nos familles il y a peu, je me dois d’être auprès de vous ce week-end. Et si certains ont transformé 340 000 en un million, je vous annonce que a moi toute seule je compte pout 30 personnes. Au moins.

Je n’ai pas encore d’enfants avec ma partenaire. J’ai essayé et ça n’a pas marché. Je l’ai expliqué dans un post « boule bleue ». C’est pour cela que l’on a fait nos démarches pour partir au Canada. Pour être dans un pays qui nous accueillera avec un sourire, et telles que nous sommes. Mais quand bien même. Je me devais de défendre ma patrie, mes amies et leurs familles, ainsi que toutes celles que je ne connais pas, mais qui se retrouvent transies face aux mots et actes que l’on a le loisir d’entendre depuis des mois.

Je ne serais qu’un petit soldat avec son bonnet et ses moufles fluos, mais je compterais pour 30. Comme tous les soldats qui m’entoureront. Parce que nous sommes du coté qui vibre, qui demande, qui hurle que ces conneries cessent, et qui veulent continuer leur vies de famille tranquillement au sein de leur pays.

Une armée de petits soldats colorés et vibrants.

Publicités