Interview exclusive : Kate Middleton*

prince-william-and-kate-middleton-pic-pa-217500811

A vous aussi la princesse Kate manquait cruellement ?
C’est vrai que dans ce monde de brutes non homophobes, au moins Kate apporte un peu de légèreté, de douceur… et de vomitos.
Il ne vous aura pas échappé qu’au sein de la coloc, nous sommes fans nous aussi.

Alors que le 13 janvier dernier, les gentils organisateurs et les gentils participants de “la manif pour tous” découvraient ce qu’est une manifestation : entre journée scout et défilé nationaliste (oui drôle de concept je vous l’accorde, mais le grand écart, Frigide, elle connaît), nous avons eu la chance de rencontrer notre/votre idole.

Attention, interview très, très spéciale de la princesse Kate. Herself.

Puisque c’est la guerre : Chère princesse, vous avez eu un mariage trés médiatisé l’été dernier. Il y a toujours des fortes tensions intrafamiliales lors de ce genre d’événement, n’y a t’il pas eu une grosse crise dans la famille Middleton quand votre soeur vous a clairement volé la vedette avec ses fesses?

Kate : C’est sûr que sur le coup, quand on a dépensé 1 millions de pounds, qu’on se tape une belle famille complètement dysfonctionnelle et que ce que le monde retient c’est les fesses et la robe sublime de sa soeur.. mais je m’entends très bien avec ma soeur, et nous nous sommes expliquées..et elle est devenue ma dame de compagnie, ce qui veut dire qu’elle est obligée de porter des tenues de soubrette mal coupées en polyester.. c’est une forme de pay back..

Puisque c’est la guerre : Kate, entre nous, avez-vous eu ou avez-vous été tentée un jour d’avoir une relation homosexuelle ?
Kate : Well. C’est une question difficile parce qu’elle touche un sujet très personnel [la princesse rougit].
Mais au vue de l’actualité qui secoue nos pays actuellement [Ndr. Le mariage gay est également en question au Royaume Uni.], j’ai quand même envie de répondre pour montrer qu’il ne s’agit pas de quelque chose de condamnable.
Oui effectivement à mon arrivée à l’université de Saint Andrews, avant de rencontrer William, j’ai fait la connaissance d’une ravissante jeune femme. Elle s’appelait Tess, elle était drôle, charismatique et très envoûtante. Entre nous ça a tout de suite collé, c’était un coup de foudre que je pensais totalement amical, au moins au début. Mais ça me dérangeait quand je voyais qu’elle regardait une jolie fille, qu’elle dansait avec une autre, etc. Puis j’ai compris que j’avais envie d’être cette autre ! Et un soir, c’est arrivé, j’ai été cette autre ! C’est alors qu’a commencé notre petite histoire, petite parce qu’elle finissait son cursus et allait bientôt repartir chez elle, bien loin de Saint Andrews. Et ensuite j’ai rencontré William, j’avais gardé une attirance pour les garçons et ça a été tout autre chose mais quelque chose de très fort. Mais parfois je repense à Tess et je me dis que dans d’autres circonstances, ça aurait pu marcher, ça aurait pu durer et alors c’est elle qui aurait été ma princesse.

Puisque c’est la guerre : Kate, votre belle mère Diana était très proche d’Elton John, aujourd’hui papa pour la deuxième fois d’un petit garçon avec son compagnon David Furnish.
Pensez-vous qu’elle serait aujourd’hui favorable à l’homoparentalité?

Kate : Oui tout à fait, c’était quelqu’un de très ouvert. D’ailleurs je pense que si ma belle mère était encore présente parmi nous, elle serait surement la marraine de Zachary à la place de Lady Gaga.

Puisque c’est la guerre : Kékate [à ce stade on sent bien toute la complicité qui s’est installée entre vos blogueuses préférées et la princesse], qu’allez-vous offrir à Carolyn Ingalls pour son mariage le 28 septembre prochain ?

Kate : Une voiture bien évidemment. J’ai pu m’apercevoir lors de notre dernière sortie en boîte le week-end dernier que sa voiture ne tenait plus la route. Reste à me décider entre une Panda vert anis, qu’elle a toujours voulue et une voiture plus familiale, car les familles homoparentales, il n’y a que les frigides et consorts pour imaginer qu’elles ne s’agrandissent pas

Puisque c’est la guerre : Pour finir, Katichou, auriez-vous un secret royal à dévoiler aux lecteurs de Puisque c’est la guerre ?

Kate : Wow ! Hihihihi, un secret royal ! Vous m’en demandez beaucoup… Hihihi [la Princesse est toute gênée]. Non, je ne vois pas… pfff… un secret…
[silence]
Ah, quoique peut-être, enfin, je ne sais pas… [en aparté à sa soeur/dame de compagnie : elle va m’en vouloir la vieille si je balance tu crois ? elle va encore nous lâcher ses chiens dans la chambre à 5h du matin si je raconte ?]
Well… et bien, je suis vraiment fan de votre blog et de vos articles, alors, je vais prendre le risque de dévoiler un petit secret au sujet de la Reine.
Comment dire, en fait… hum… il faut que vous sachiez que lors de la Cérémonie des Jeux Olympiques, ce n’est pas vraiment elle qui a sauté en parachute. C’était une doublure.
Oui je sais, ça fait un choc, mais c’est la triste vérité.

Puisque c’est la guerre : …

Kate : …

Puisque c’est la guerre : Merci Princesse. Vraiment.
Prenez soin de vous et très bonne continuation pour votre grossesse.

Queen-Elizabeth-Prachute

*vous l’aurez compris chers lecteurs, cet article réalisé à cinq mains est une pure fiction sortie de nos imaginations.

Publicités