Toujours du bon côté

tiersetat

Une fois de plus, le clergé se trouve du bon côté. Il se positionne, comme il se doit, du côté de la morale et il le fait dans l’intérêt de son prochain, son ami, son frère.
De tout temps, il s’est toujours positionné ainsi, en faveur de l’opprimé, non ?

Je vous parlerais bien, dans le désordre, des croisades, de la lutte du clergé au XIXème siècle pour conserver son « droit d’employer la force »*, son « droit naturel légitime d’acquérir et de posséder »*, qui considérait « le socialisme » comme une « sorte de peste »* ou encore de l’inquisition, de Galilée, de la dîme, des bûchers, tout ça, mais vous m’opposeriez que tout ceci est dépassé, trop vieux.
Le clergé n’était pas du bon côté, on le sait maintenant, mais cela n’a strictement rien à voir avec l’église d’aujourd’hui me direz-vous.
Ok, on en parle pas.

On ne parlera donc pas non plus du rôle de l’église dans l’esclavage, la torture et l’exécution des amérindiens, ni du soutien dont elle a su faire preuve auprès de grands humanistes comme Pinochet, Franco ou encore Salazar, ni même qu’elle bénissait les chars des allemands pendant la seconde guerre mondiale.
On ne va pas en parler parce que ce n’était pas en France. Ca n’a donc rien à voir.

Mais peut-être que l’on pourrait parler du fait que l’église ait reconnu le régime de Vichy jusqu’en 1944 ?
On pourrait aussi parler du positionnement du haut clergé concernant le port du préservatif, du divorce, de l’IVG ou encore du PACS et de bien d’autres avancées que l’église n’a pas cru bon d’accompagner.
On pourrait également rappeler que l’église était contre le mariage mixte, puisque selon elle, si Dieu les avait placés sur des continents différents, ce n’était pas pour qu’ils se rencontrent.

Au regard de son histoire, le simple fait d’être aux côtés de l’église dans une manifestation devrait alerter.

Mais ce clergé ne représente que lui-même et quelques hommes en mal de lapidation.
Il ne représente pas Sœur Emmanuelle, Mère Thérésa, l’Abbé Pierre, et bien d’autres encore moins connus, qui n’ont rien à voir avec ces nantis, pour qui l’amour de son prochain a une réelle signification.
Il ne représente pas non plus tous mes amis qui croient en Dieu, et qui savent que ma famille en est une, qui se bat chaque jour pour rendre ses enfants heureux.

Ce clergé-là, il n’a pas assez d’argent aujourd’hui pour venir en aide à tous les sdf qui meurent de froid, mais il est aujourd’hui dans la rue, finançant des badges et des pancartes, hébergeant des manifestants, pour que des dizaines de milliers d’enfants n’aient pas le droit d’être juridiquement protégés.

Ce clergé-là, il mériterait de se faire virer de sa place qui lui offre encore aujourd’hui la possibilité de vivre grassement et haïr l’Autre sans limite.
Ce clergé-là n’est pour moi qu’un parti politique de plus à la droite de la droite.

* Syllabus du Pape Pie IX

Publicités