Decade

photographelios.com_160135_MG_9951_avril2009

 Permettez moi cette intrusion dans l’espace public, pour parler à celle qui fait de moi ce que je suis, depuis maintenant une décennie.. Mais c’est aussi le but de cette « coloc », parler de nous, parler d’amour, parceque le notre, il est pareil que tous les autres.. si ce n’est plus fort 😉

« Decade », dix ans…
Qu’est ce qu’on peut apprendre de choses en 10 ans..
De 0 à10 ans, j’ai appris à manger, marcher, parler..
De 10 à 20, j’ai appris à lire, compter, trigonométrer…
Et de 20 à 30, j’ai appris à Aimer…

A t’aimer toi, ton sourire et tes yeux oranges..
Et à m’aimer moi, mon sourire et mes doutes.
Tes cheveux sont plus longs aujourd’hui, les miens non, nos cernes ne sont plus celles des nuits blanches à discuter mais celles de nos fils à changer et consoler… mais rien n’a changé vraiment, au fond…

10 ans de ma vie, 10 ans auprès de toi, des cours de prépa au Bledina.
Je me rappelle de presque tout…

Je me rappelle de ton 1er je t’aime, derrière cette porte ou le hasard fera que l’on déposera notre fils 8 ans plus tard… De toutes ces autres 1eres fois, qui continue, même après dix ans… les premières crepes, la première armoire coincée dans les escaliers, la première bouteille de vin à deux en une soirée comme deux bons parents fatigués…

Je me rappelle de cette soirée, à boire des Despe à meme la bouteille et refaire le monde sur des jeux d’enfants dans une ville que je ne connaissais pas..
Le hasard de la vie, encore lui, fait que 10 ans plus tard, c’est la ville que j’habite, avec toi… que j’en connais tous les jeux d’enfants sauf celui là, que je n’ai jamais revu, qui restera pour toujours celui de notre rencontre, perdu dans le monde parallèle des amours naissantes…
10 ans plus tard, on boit toujours des Despe, toujours à même la bouteille, quand on a pas envie de faire à manger après nos grosses journées et qu’on a fait livrer des pizzas..

10 ans de bonheur, bien sur, d’évidence, bien sur. Mais pas que.

10 ans, c’est long… suffisamment pour perdre des proches, peu mais déjà trop. Suffisamment pour se perdre un peu nous aussi parfois, très peu mais déjà trop aussi.

10 ans de voyages, du premier week-end à Londres, coincées dans la foule compacte d’un nouvel an aux gondoles de Venise, parenthèse seules au monde dans notre vie de mamans à plein temps.

Parce que oui, 10 ans, c’est aussi 2 lardons, beaux et blonds comme toi. L’un aux yeux verts et l’autre bleus, pour que notre famille puisse avoir toutes les couleurs de la palette dans le miroir en se brossant tous les dents.

10 ans de sourires, de larmes. 10 ans de je t’aime, quelques j’en ai marre.
10 ans pour apprendre la vie, trouver deux boulots, partir au bout du monde, en revenir, se poser un peu, juste ce qu’il faut, rester sur le fil, partir sur l’étoile, la notre, no matter what.

No matter ces gens qui disent qu’on avait pas le droit de se marier, on a pris le gauche et emmener tout le monde dans ce bout du monde qu’on a tant aimé, on a mis les plus belles robes et on les a tous bluffés. Dire que mon père croyait venir pique niquer..

No matter la vie qui passe, les gens qui nous touchent, un peu, beaucoup.. mais jamais à la folie, car si je suis folle ce n’est et ce ne sera jamais que de toi. Le petit cerf volant que je suis à trouver son petit prince qui le laisse virevolter dans le ciel mais le tient toujours bien autour de son poignet.

 No matter ce pays qui voulait pas de nos enfants, qu’on a pris nos cliques, nos claques et nos gaufres pour faire les plus beaux lardons que la Belgique et la France réunis aient connus et qui au lieu de tergiverser, devrait réaliser la chance qu’il a de pouvoir accueillir deux nouveaux citoyens du monde comme eux et comme tous leurs copains et copines arc en ciel.

 10 ans… 10 ans pour lesquels je relance spontanément sans hésiter, pour voir grandir tes petites cernes que j’adore au coin des yeux … 10 ans d’évidence constante à continuer, de bonheur intense, petits et grands, que je veux renouveler sans attendre…

10 ans qui ne m’ont pas rassasiée de toi, que je veux encore et encore,
10 ans que je veux tout…
Comme dirait Ariane Moffat
Ton sourire
Et puis
Tes fesses.

To be continued…

(Decade = Decennie, No matter what = Peu importe, envers et contre tout)

Publicités