Comme son papa?

J’ai souvent tiqué sur cette question récurrente de parents d’un nouveau né : « Tu crois qu’il/elle va garder les yeux bleus? » exprimée avec un élan d’espoir mal dissimulé. Qu’importe si la question vient de votre amie portugaise pur souche et que l’on a du mal à réprimer un sourire amusé sinon un agacement face à cette hypothèse farfelue. Cette réflexion je l’entend souvent également de la bouche de l’entourage : « ton arrière arrière grand mère avait elle aussi les yeux bleus, parfois ça saute une génération! » comme si le seul charme d’un bébé pouvait résider dans la coloration de l’iris.

Pour ma part, je n’ai jamais imaginé avoir un bébé aux yeux bleus. Je suis brune aux yeux noirs moi, et ma compagne,  qui a donné ses ovules, a les yeux noisettes. Le donneur devait être calqué sur mes caractéristiques physiques mais la clinique ne souhaitait pas nous en dire plus. C’est pourquoi je n’ai pas été étonnée de donner naissance à une petite brune aux yeux noirs en amande.

La plupart des bébés naissent avec les yeux gris-bleutés parce que l’iris est dépourvu de mélanocytes. En transparence, on voit donc la couche profonde de l’iris qui est naturellement de couleur gris-bleu. Progressivement, les gènes responsables de la coloration des yeux vont s’exprimer. Chez nous, ce fut l’inverse, mini avait les yeux très foncés dès la naissance. Qu’elle ne fut pas ma surprise de constater qu’au fur et à mesure des semaines ceux-ci s’éclaircissaient jusqu’à donner un bleu très clair autour du troisième mois, tout en ayant le cerclé de sa maman ChérieLégo.

Ces yeux-là attirent beaucoup de réflexions de la part des passants, des collègues, des mamies dans les marchés. « Ouh la la les beaux yeux! C’est son papa qui a les yeux bleus? « . Au départ on ne savait pas quoi répondre. La première fois c’était chez le pédiatre. Un couple assez anxieux attendait  dans la salle d’attente et la maman a lancé de loin à ChérieLégo : « Elle a de beaux yeux bleus cette petite. Comme son papa? ». Et celle-ci prise de cours de répondre « Heeeeu je sais pas ». Une barre d’incompréhension s’était formée sur le front de la dame. (Remarquez au passage que la réponse fait un peu trainée sur les bords, ChérieLégo ne sait même pas à quoi ressemble le mec qui lui aurait fait un enfant). Ensuite nous avons testé la réponse « Je ne sais pas elle a eu un donneur ».  On nous adressait alors un regard de commisération, voir une accolade pour cette infertilité qui avait dû être difficile à gérer. Désormais pour notre fille, nous sommes rôdées « Non elle a deux mamans ». Même s’il y a un léger décalage entre la réponse et la réaction de la personne d’en face, le temps qu’elle comprenne notre configuration familiale, jusqu’à présent nous n’avons jamais essuyé de réactions hostiles avec cette explication. Elles sont même pour le moment plutôt sympathiques.

Malgré tout je ne pouvais m’empêcher en regardant ma petite blondinette à quoi ressemblait ce donneur à force de rabâcher les mêmes réponses. Et puis un jour, Mini a dû subir des examens concernant sa croissance. Le médecin a demandé à connaître les caractéristiques du donneur, ce que la clinique nous a fait parvenir. « Ouh la la les beaux yeux, c’est son donneur qui a ces yeux bleus là? ». Et bien même pas.

Les mystères de la génétique…

Publicités